Le magot ou "macaque de Barbarie"

 
La première femelle de Magot est arrivée en 1986, elle s'appelle Trotinette.
 
 
Depuis les années 90, une importation massive et illégale a permis de voir un grand nombre de macaques magots (ou macaques de Barbarie) envahir notre pays. Souvenirs d'un voyage ou de vacances passées au Maroc, ces primates vendus le plus souvent bébés sous l'appellation de "ouistitis", qui bien sûr ne devaient jamais grandir, se sont retrouvés en appartements avec les conséquences que l'on imagine. Ces singes garantis de petite taille deviennent en fait des singes adultes d'une quinzaine de kilos pour les mâles et d'une douzaine pour les femelles.

De plus les magots sont assez caractériels et finissent presque toujours par être agressifs à l'age adulte. C'est pour cela que certains propriétaires ont même pensé à en faire des animaux de défense, et par conséquent d'attaque, qui risquent de se retourner contre leurs "maîtres". A cette époque, il est probable que des combats de magots aient été organisés dans les caves ou parkings d'immeubles de grandes agglomérations. Des enquêtes de journalistes le prétendent.

Il est évident qu'à la puberté, ces singes voulant défendre leur territoire n'acceptent plus d'y voir un inconnus, ni même de le partager avec le propriétaire.

Agressivité, blessures et morsures permettaient de justifier le placement de ces primates dans une structure telle que le Refuge de l'Arche.
 
Pourtant, ce sont des singes protégés puisqu'ils sont classés en faune européenne. En effet, ce sont les seuls singes présents en Europe plus précisément à Gibraltar.

 
 

 

Vous êtes ici : Accueil Animaux recueillis Quelques histoires d'animaux Le magot ou "macaque de Barbarie"